De Hyperboreis, de Gottlieb S. Bayer (1737)

2 286,71 DZD
En 1737, la revue de l'Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg publie une contribution intitulée De Hyperboreis ; son auteur, un philologue prussien promu au rang de premier historien de la Russie par Pierre le Grand, y montre comment le vieux mythe s'est diffusé, par le biais de réappropriations savantes, ...
Auteur: Sylvie Peyrefiche
Formats: PDF Accès streaming

Edition: Chemins de tr@verse

2335.png

En 1737, la revue de l'Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg publie une contribution intitulée DeHyperboreis ; son auteur, un philologue prussien promu au rang de premier historien de la Russie par Pierre le Grand, y montre comment le vieux mythe s'est diffusé, par le biais de réappropriations savantes, du monde grec jusque dans l'Europe du Nord du XVIIème siècle.

Le De Hyperboreis intéressera le lecteur à plus d'un titre : d'abord parce qu'il met en évidence la méthode du chercheur mais aussi les limites qui lui sont imposées à une époque où l'enquête historique, chez les « antiquaires » de culture allemande, s'appuie presque exclusivement sur la philologie ; ensuite parce qu'il révèle la façon dont G.S. Bayer, en homme des Lumières, explique le mythe, en souligne le pouvoir de séduction et la capacité à se perpétuer. Les anciennes croyances sont propres à étayer les constructions identitaires : c'est ce que prouve l'historien à propos de la Suède, puissance rivale de la Russie.


Auteur: Sylvie Peyrefiche

Edition: Chemins de tr@verse

2335.png
navsi-O1073130